Sortir

Un patrimoine d’exception

La ville de Corbeil-Essonnes compte de nombreux monuments historiques dont quatre sont classés et quatre inscrits au répertoire des Monuments Historiques. Ces trésors d’histoire sont disséminés dans la ville et à découvrir lors de vos promenades pédestres. Voici un petit retour sur les témoignages de notre Histoire.



Notre patrimoine

Corbeil-Essonnes est une commune à l’histoire riche qui laisse derrière elle un patrimoine culturel important. Véritable témoin des siècles passés, ces vestiges retracent les différentes époques que la ville a traversée.
L’édifice le plus ancien est l’église désaffectée Saint-Jean-en-L’Isle, appelée communément la Commanderie Saint-Jean, construite entre le XIIe siècle et le XIIIe siècle, aujourd’hui devenue un lieu d’expositions incontournable. Visible de la Route Nationale 7, au croisement avec la route de Lisses, découvrez une borne géographique gallo-romaine frappée de la fleur de lys royale, datant de la même période. Au XIVe siècle est érigée la cathédrale Saint-Spire et son cloître, plus tard, l’église Saint-Étienne d’Essonnes au clocher du XIIe siècle et à la nef du XIIIe siècle.

Corbeil et Essonnes s’affirment davantage à l’époque industrielle, les Grands Moulins, construits au XIXe siècle, sont un exemple d’architecture industrielle important. Les conceptions de l’architecte Paul Friesé à partir de 1869, avec les bâtiments de la Papeterie Darblay sont également un symbole de cette période faste.



Des monuments historiques

Un monument historique est un édifice ou un objet mobilier recevant un statut juridique particulier destiné à le protéger, du fait de son intérêt historique, artistique, architectural mais aussi technique ou scientifique. La commune compte, parmi son patrimoine historique, quatre sites classés et protégés.

 

  • Église Saint-Jean-de-l’Ile devenue Commanderie Saint-Jean

L’ancienne chapelle datant du XIIIe siècle est le seul vestige de la Commanderie des chevaliers de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem qui occupèrent le site au Moyen Âge

  • Église Saint-Étienne

Construite entre le Xe et le XVe siècle. Elle a bénéficié d’une rénovation pour mettre en lumière les peintures murales datant du XIV et XVe siècle.

  • Cathédrale Saint-Spire

Construction progressive entre le Xe et le XVe siècle. C’est l’édifice religieux le plus ancien de la ville puisqu’il fut bâti par le Comte Haymon vers le Xe siècle pour y recevoir les reliques de St Exupère, premier évêque de Bayeux

  • Porte de l’ancien Cloître Saint-Spire

Il ne reste pratiquement rien du cloître bâti au XIV e siècle : seule demeure la porte monumentale accessible depuis la rue Saint Spire.




Quatre édifices sont inscrits au titre des monuments historiques, en raison de leur intérêt historique, artistique ou architectural. Ils font l’objet de dispositions particulières pour leur conservation afin que toutes les interventions d’entretien, de restauration ou de modification puissent être effectuées en maintenant l’intérêt culturel qui a justifié leur protection.

 

  • Chaufferie située dans le quartier des Tarterêts

Construite en 1970 pour alimenter en chauffage les habitations du quartier, la chaufferie est démantelée depuis 2013 et inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 2016.

  • Halle du marché du Comte Haymon

La construction a débuté en 1862 par la construction de 2 halles ouvertes séparées. Vite jugées trop petites, un pavillon central légèrement plus haut est juxtaposé aux 2 autres en 1893. La halle « aux poissons » est ajoutée en façade arrière sud en 1925.

  • Borne Gallo-romaine à fleur de lys n° 21

Borne installée au XVIIIe siècle toutes les mille toises. Elle rappelle les bornes gallo-romaines.

  • Façades et toitures de la tour élévatrice des Grands Moulins

La tour est construite en 1893 par le célèbre architecte Paul-Emile Friesé, à qui l’on doit de nombreux bâtiments industriels. Les Grands Moulins de Corbeil sont toujours en activité et la tour est inscrite aux Monuments Historiques depuis 1987.




Des monuments remarquables

D’autres bâtiments caractérisent notre commune, dont l’Hôtel de ville et le conservatoire que l’on doit à l’architecte Tavernier, les anciens remparts de Corbeil datant du XIXe siècle, la sous-préfecture, édifiée en 1862, le temple protestant au clocher en bois, inauguré le 16 novembre 1862, la prison construite vers 1883, le bâtiment de l’ancien orphelinat Galignani bâti en 1878, l’ancien moulin à poudre datant du XVIIe siècle, le Castel-Joli du XIXe siècle, résidence de Waldeck-Rousseau sont autant de vestiges à découvrir.

  • Pont de l’Armée Patton
    Un premier pont en bois fut probablement construit au XIe siècle. Détruit à plusieurs reprises, celui-ci date de 1955. Il a bénéficié d’une rénovation complète au printemps 2018
  • Hôtel de Ville et le Conservatoire
    Les deux édifiés, par le même architecte Tavernier, expliquant leur ressemblance, ils sont d’architecture classique mettant en valeur leurs attributs du pouvoir.
  • Anciens remparts de Corbeil
    Les fortifications restent visibles aujourd’hui du parking Vigier. Elles datent du XVIIème siècle.
  • Grands moulins de Corbeil
    Situés à la confluence de la Seine et de l’Essonne, sur l’ancien emplacement des moulins du Roi. Ils symbolisent l’essor industriel de la ville lié à sa situation stratégique. Les moulins sont toujours en activité.
  • Moulin Hutteau – ou Moulin du Laminoir
    Sur le site de l’ancien moulin à poudre qui ferma au milieu du XIXe siècle, le moulin, aujourd’hui désaffecté, devient successivement une filature, une fabrique de drap, un moulin à farine pour finir en chocolaterie.
  • Usine Hélio Corbeil
    Successeur de la célèbre imprimerie Crété, l’entreprise Hélio est devenue une SCOP qui aujourd’hui encore imprime des magazines avec 80 salariés.
  • Ancien Tribunal
    Appartenant au complexe judiciaire (avec la prison et l’ancienne gendarmerie) le tribunal date de 1887. Fermé dans les années 1990, le bâtiment a été partiellement détruit, seule subsiste actuellement sa façade.
  • Centre de semi-liberté
    Accolé à l’ancien tribunal, la prison date de 1875. L’ouverture de la prison de Fleury-Mérogis en 1969 a transformé l’établissement en centre de semi-liberté toujours en activité.
  • Site de l’ancienne Papeterie
    Le premier moulin à papier construit sur le site remonte au Moyen Âge. C’est au XIXe siècle que la papeterie connaît un essor considérable avec son rachat par Darblay, déjà propriétaire des Grands Moulins.
  • Sous-Préfecture
    Corbeil était sous-préfecture du département de Seine et Oise jusqu’à la nouvelle préfecture à Évry construite en 1971, ce qui entraînera sa fermeture.
  • Ancien orphelinat Galignani
    Le bâtiment fût construit sur des terrains achetés par William Galignani. Ouvert en 1878, il est devenu une maison retraite en 1951, puis des bureaux à partir de 1985, situé  rue Champlouis.
  • Parc Chantemerle
    Vaste domaine, il abrita un château puis une filature qui disparut au cours du XXe siècle. Aujourd’hui la base de la cheminée de l’ancienne filature reste visible.
  • Vestige du canal de Chateaubourg
    Un projet de canal de l’Essonne a vu le jour sous l’Ancien Régime. Ce projet ambitieux et coûteux a été abandonné, seul l’aménagement de l’écluse, visible au parcours de canoë-kayak dans le parc de Robinson, a été réalisé.



Un petit patrimoine fluvial

La ville de Corbeil-Essonnes possède sur son territoire un ensemble d’éléments architecturaux relevant du petit patrimoine fluvial : ponts, moulins, gloriettes, lavoirs. Ce patrimoine, outre l’aspect esthétique et le cachet qu’il donne à la ville, participe à l’identité du territoire

  • Les lavoirs

Situés à fleur d’eau, les lavoirs de l’Essonne méritent une attention particulière car leur structure varie considérablement d’un lieu à l’autre.

  • Les gloriettes

Les gloriettes ou « kiosques d’amour » sont des pavillons de repos, des cabinets de verdure, dissimulés au fond des parcs dans les propriétés des XVIIIe et XIXe siècle. Certains sont installés au-dessus des murs des grandes propriétés d’où ils dominent la Seine (rive droite)

  • Les ponts

La rivière Essonne est traversée par une vingtaine de ponts routiers et de passerelles (22). Accessibles à tous, ils ont l’avantage de rythmer le paysage et donnent un charme certain au paysage urbain. Ils constituent une base idéale de découverte pour un circuit piétonnier à travers la ville.